// Vous lisez...

LECTURES

Compagnie K

Al de Castro et moi, on était accroupis dans un petit trou d’obus, excités, à regarder les artilleurs allemands en train de détruire Marigny. Un chien choqué par les explosions d’obus était recroquevillé contre le lavoir public. Il avait la queue repliée entre les pattes et les les poils du dos hérissés et raides. Ses yeux pleuraient et sa gueule bavait. De temps en temps, il se mettait à vriller sur lui-même et à se mordre la queue ; et puis il s’arrêtait, exténué, et il cherchait à happer l’air faiblement d’un côté ou de l’autre ; ou alors, certaines fois, il jetait son museau vers le ciel et ses mâchoires s’ouvraient tout grand, mais le son de sa voix se perdait dans le bruit du pilonnage. Pour finir, il n’est plus resté grand-chose qui tenait debout dans la ville qu’un mur de calcaire blanc. Sur ce mur était accroché un chromo religieux, dans un cadre doré, qui représentait une couronne d’épines et un cœur en sang d’où montaient des flammes ; à côté, suspendue à une patère en bois, il y avait une veste sans forme de paysan. Allongé sur le ventre, je regardais le mur fixement... Les obus se sont mis à tomber plus dru et le chien affolé a recommencé à vriller à la poursuite de sa queue. Le mur blanc a tremblé, quelques pierres sont tombées, et quand j’ai relevé la tête, la veste avait glissé de sa patère et gisait dans la poussière comme une chauve-souris étalée, morte... Et puis d’un coup, le bombardement a cessé et le silence qui a suivi a été terrible. Le chien a reniflé l’air. Il a élevé la voix et il a hurlé. Je me suis redressé alors, j’ai remis mon sac sur le dos et, un instant plus tard, Al était debout à côté de moi. pendant un temps, on a regardé tous les deux le mur blanc, toujours d’aplomb, et l’image pieuse intacte à sa place. Al est allé jusqu’au mur et il l’a considéré avec curiosité :
Pourquoi est-ce que ce mur est resté et rien d’autre ? il a demandé. Pourquoi est-ce qu’il est le seul à avoir été épargné ?... Alors, pendant que, devant le mur, Al ajustait son sac et tripotait l’ardillon de sa ceinture à cartouches, un bruit a déchiré le silence, suivi d’une détonation sèche ; et le mur s’est abattu dans un nuage de poussière, étouffant le cœur d’où montaient les flammes, écrasant Al sous son poids. William March, Compagnie K

Commentaires